La mairie
Vous êtes iciAccueil>La Mairie>Budget>Azay-sur-Cher - Budget

Préparation du budget primitif 2015 : réflexion de portée générale (2 septembre 2014)

Dans le cadre de la préparation du budget primitif 2015, Monsieur le Maire a souhaité faire part de sa réflexion, dès à présent, sur les finances de la commune et donne lecture de la synthèse suivante :

Tout d’abord, quelques repères concernant notre capacité de désendettement :

- la capacité de désendettement est le rapport entre la dette et l’épargne de fonctionnement (intérêts de la dette déduits),
- elle s’exprime en nombre d’années et mesure la solvabilité de la commune,
- une commune qui a une capacité de désendettement supérieure à 15 ans est en situation critique.

A Azay-sur-Cher, en 2013, la dette (nombres arrondis) est de 3.700.000 € et l’épargne nette de 169.000 € ce qui, en divisant la dette par l’épargne, représente une capacité de désendettement supérieure à 21 ans. Notre commune est dans une très mauvaise situation financière avec aucune possibilité d’emprunt.

Un autre support d’analyse permet de compléter ce diagnostic ; il s’agit de la capacité d’autofinancement qui en général doit représenter 15% du budget, soit 300.000 €.

Pour la déterminer, il faut reprendre l’épargne de fonctionnement en 2013 d’un montant de 169.000 € et l’affecter en investissement. Ensuite, on retire le capital de la dette annuellement dû de 150.000 €.

Ainsi, l’épargne de 169.000 € diminuée de la dette annuelle de 150.000 € donne une capacité d’auto-investissement annuel de 19.000 €. Avec une somme aussi faible malgré l’ajout de quelques recettes complémentaires, on ne peut rien entreprendre en travaux d’investissement.

De plus, cette situation est dangereuse car si un gros problème survient, il ne peut être couvert par un manque de disponibilités et par une impossibilité d’avoir un recours à l’emprunt.

Il est donc indispensable d’effectuer un véritable redressement économique en ayant recours à un encadrement budgétaire par grands pôles d’activités :

- l’administration générale,
- l’école dans toutes ses dimensions (petite enfance, maternelle, élémentaire, restauration, activités périscolaires, transports, emprunts, …),
- les services techniques et la voirie,
- les bâtiments et services,
- les associations et festivités locales.

L’objectif à atteindre serait de parvenir à une capacité de désendettement de 14 ans en 2015. Par un effet mécanique de remboursement, la dette sera de 3.550.000 € (3.700.000 – 150.000) en 2015, il faudra alors dégager une épargne nette de 250.000 € au lieu de 169.000 €.

Cela paraît accessible tout en considérant la réduction des dotations de l’état, la mise en œuvre des rythmes périscolaires et les augmentations automatiques des salaires.

Cette mise au régime est indispensable pour éviter une forte hausse des impôts locaux de notre fait.

Afin d’être en ordre de marche dès le début de l’année prochaine, nous établirons le budget primitif 2015 au mois de décembre 2014.

Cette réflexion de portée générale est un message fort qui s’adresse aux élus, à nos services municipaux et à l’ensemble de nos concitoyens afin de sortir de l’impasse actuelle au plus tôt.

Il ne faut pas faire de catastrophisme mais plutôt générer une mobilisation positive de tous les acteurs locaux afin d’obtenir le résultat attendu.



 

Le budget, 4 pages d'information (juin 2014)


Des recettes en baisse ...

Avec la Dotation Générale de Fonctionnement (DGF) versée par l’Etat en baisse de 4,5% et des taux d’imposition (part communale des impôts locaux et de la taxe d’habitation) inchangés, les recettes de fonctionnement au budget 2014 stagnent et représentent 2 242 598 €.

... des charges trop élevées.
Les charges de fonctionnement progressent. Ainsi les frais de personnel augmentent de 4 % sous l’effet des augmentations d’indices de la fonction publique.
Globalement les charges se situent à 2 155 773 €, ce qui laisse un autofinancement de 84 825 €.

Un autofinancement faible comparé aux autres communes.

Cet autofinancement, nécessaire pour développer des projets en 2015, ne représente que 3,7% des recettes, alors que dans les communes de la taille d’Azay-sur-Cher, la norme est à 15%, soit environ 300 000 €.

L’équipe municipale est donc mobilisée pour maîtriser les dépenses et dégager de nouvelles marges de manoeuvre.
Notre dette actuelle est très lourde avec une capacité de désendettement sur 21 années alors que la bonne pratique des communes de notre taille se situe à 7 ans. En conséquence, aucune possibilité d’emprunt n’est envisageable avant 2018.

 


 

 

logo actualites
Haut de page